Sutra


Sutra
sidi larbi cherkaoui


Dans la carrière éblouissante de Sidi Larbi Cherkaoui, Sutra est un tournant. Après l’accueil décevant réservé à sa pièce Myth (2007), le chorégraphe s’éloigne de la scène européenne. Il part loin. Plusieurs mois. Sidi Larbi Cherkaoui est un autodidacte, un petit gars du peuple, moitié flamand moitié marocain, amoureux du monde et des humains, fou de danse et de rencontres. Au risque d’une naïveté totalement assumée, il veut que sa danse témoigne de ses préoccupations spirituelles et de son souci du devenir de l’humanité. C’est en Chine, dans la province de Henan, dans un monastère, auprès de moines Shaolin que cet amateur de kung-fu retrouve sérénité et confiance, qu’avec ces moines férus d’arts martiaux et de spiritualité – synthèse idéale à ses yeux – il imagine et réalise Sutra. À ses côtés notamment, le plasticien Antony Gormley, auquel revient la très efficace scénographie de cette pièce : vingt et une longues ou hautes boîtes en bois comparables à des cercueils, quelquefois souples comme des pétales de fleur de lotus, d’autres fois orgueilleusement dressées comme les tours d’une mégalopole. Dix-neuf moines tour à tour danseurs et guerriers sur le plateau, dont un enfant, auquel Sidi Larbi Cherkaoui confie le soin de le guider, lui l’Occidental, dans son voyage au pays Shaolin. Le succès est foudroyant. Il ne s’est pas démenti. Avec Sutra, comme plus tard avec m¡longa, Sidi Larbi Cherkaoui porte haut son désir de construire, création après création, une danse populaire et virtuose faite avec les habitants du monde, pour les habitants du monde.


Sadler’s Wells London/
Sidi Larbi Cherkaoui, Antony Gormley, Szymon Brzóska,
avec les moines du Temple Shaolin

mise en scène,
direction et chorégraphie
Sidi Larbi Cherkaoui
création plastique Antony Gormley
musique
Szymon Brzóska



Facebook

vendredi 27 et samedi 28 mars à 20:30
maison de la culture salle Jean-Cocteau
durée 1 heure